Un parc naturel à Rosny

Avec un budget de 5 M€, la ville va aménager un parc naturel au Plateau d’Avron d’ici à 2020. Ces anciennes carrières de gypse étaient laissées à l’abandon depuis une trentaine d’années.

La friche va prendre vie. Avec une enveloppe de 5 M€, Rosny-sous-Bois va aménager un parc au Plateau d’Avron d’une superficie de 16 ha, à la frontière de Neuilly-Plaisance. « Nous voulons que ce soit le poumon vert de la ville, insiste le maire (LR) Claude Capillon. Ce sera un véritable plus pour les riverains. » Ces anciennes carrières de gypse, où la broussaille s’est installée, étaient inutilisées et inaccessibles aux habitants depuis une trentaine d’années.

Préserver la faune et la flore. Le plateau, classé « Natura 2000 » dispose d’espèces et de plantes rares. Pour « préserver cet écosystème », la ville veut créer un parc naturel. « Nous voulons le moins d’interventions humaines possible », souligne Claude Capillon. Une « zone détente », une aire de jeux et des agrès de sports vont être aménagés et de nouveaux arbres seront plantés. Le parc sera fermé la nuit pour éviter toutes dégradations. Les travaux devraient débuter fin 2018 pour des premières livraisons espérées en 2020.

A l’abandon depuis des décennies. Le terrain était devenu un lieu de dépôts sauvages avec « des objets polluants et des pièces de voitures notamment », précise le maire. Certains l’auraient même utilisé comme terrain de moto-cross. La principale raison de cette inaction trouve sa source dans la difficulté, pour la ville, d’acheter l’intégralité du terrain. « Il était morcelé en plusieurs parcelles, avec différents propriétaires », indique Claude Capillon. Depuis 2008, la ville a déboursé environ 3 M€ pour acquérir 10 ha. « Nous sommes en négociation pour les six restants », précise l’élu.

Un terrain pollué. Deux études « d’analyse des risques résiduels » (ARR), en 2011 et 2017, ont décelé la présence de métaux lourds et de plomb en sous-sol. La faute, entre autres, au Groupe Lafarge qui a remblayé les carrières avec des déchets. « Il y a un réel risque de polluer les environs et de laisser s’échapper des particules nuisibles si on remue la terre », assure le conseiller municipal d’opposition (EELV) Eric Beal. La ville avait d’ailleurs modifié son projet initial. « Nous respectons toutes les prescriptions », affirme Claude Capillon. Des travaux de dépollution demanderaient un investissement supplémentaire de plusieurs millions d’euros.

Retrouvez cet article en intégralité sur : http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/rosny-sous-bois-le-plateau...

À propos admin

L'opération vue du ciel

Regardez l'opération prendre vie grâce à nos caméras disposées sur le chantier !

Voir